Vous cherchez un orfèvre en Normandie et dans le nord-ouest ?

La boutique

11 Rue des Bonnetiers - 76000 Rouen
Tel : 02 35 71 56 53

Atelier de Restauration d'Orfèvrerie

Rouen
blog-1-column1

Au pied de la cathédrale de Rouen, le travail d’orfèvre de Sandra Montinari

Art. Au pied de la cathédrale, Sandra Montinari est l’un des dernières orfèvres.

Les métiers d’art font partie du patrimoine national. Ils fascinent le public, sont mis en avant par les collectivités locales et l’État, mais sont en danger. « Même si j’ai du travail avec deux mois de délai, je passe trop de temps dans les complications administratives et les charges. En plus, le luxe n’est pas essentiel. C’est très difficile d’en vivre. Actuellement, je n’ai pas les moyens de m’offrir ce que je vends», explique l’artisan Sandra Montinari, propriétaire depuis 2010 de L’Argenteur, rue des Bonnetiers.

Or la Haut-Savoyarde de 35 ans n’est pas orfèvre d’origine.

Major de promotion

Titulaire d’un master d’archéologie à l’université de Lyon, elle se refuse à suivre la plupart de ses condisciples de promotion, «dans la grande distribution ou dans l’enseignement». Cette manuelle affectionne « les métiers du feu » (terre, verre, métal) et passe un CAP de monteur-orfèvre en Bretagne, à l’école Tane. À sa sortie, major de promotion, elle fait ses armes durant trois ans en Haute-Marne, dans l’industrie. «Je me suis ennuyée et j’ai trouvé par hasard l’annonce de la vente de L’argenteur, qui existe depuis 1982. J’ai passé deux mois avec mon prédécesseur et depuis, je vogue de mes propres ailes. » Dans sa boutique dont la façade vient d’être relookée par Laurent Saviski, avec son atelier et sa salle de bains d’argenture, Sandra Montinari restaure et vend pour les particuliers des articles d’art de la table (ménagères, plats, ronds de serviettes, gobelets), mais aussi des objets liturgiques pour la communauté religieuse (ostensoirs, calices, croix, porte-encens, patènes).

«C’est un métier minutieux et physique, notamment le polissage. Ce sont des heures autour d’une pièce pour lui redonner son lustre d’antan. Mais, c’est un beau boulot, surtout quand la satisfaction sort de la bouche des clients. J’espère pouvoir continuer à en vivre. Faire des concessions, mais jusqu’où? », analyse l’une des vingt dernières spécialistes de la discipline en France.

http://www.paris-normandie.fr/region/sandra-aux-mains-d-argent-FK2972043#.V39sP2Pc7TN